Fonctionnement et Formation

Fonctionnement

Le Groupe Canin peut intervenir 24/24 sur tout le territoire du Grand-Duché de Luxembourg. En cas d'appel signalant une personne égarée ou ensevelie, les opérateurs du C.S.U. 112 alertent les maîtres-chiens du Groupe Canin qui se rendent alors, en voiture d'intervention ou en voiture privée, sur le lieu de l'incident.

En effet, le groupe canin dispose de véhicules d'interventions, dont des camionnettes aménagées, avec des boxes de transport pour chiens, un poste de commandement opérationnel et une voiture tout terrain avec une boxe de transport pour chiens.

Le Groupe Canin distingue entre trois méthodes de recherche:

  • la recherche d'une victime ensevelie sous des décombres,
  • la recherche en quête d'une victime disparue ou égarée (lieu de départ inconnu),
  • la recherche par la méthode du pistage opérationnel d'une victime égarée ou disparue (lieu de départ connu et odeur de référence).

Formation

La formation de base d'une équipe « maître et chien » durera environ une année de travail régulier pour obtenir une recherche à l’insu efficace et une année supplémentaire pour obtenir un bon niveau opérationnel.

Vu l’importance des missions qui leurs sont confiées, tous les membres doivent se soumettre régulièrement à 2 entraînements (quête, décombres, pistage, théorie,…) à raison de 8 à 10 heures par semaines.

Chaque maître-chien passera un test d'aptitude opérationnel (T.A.O) afin de valider son brevet.

Le brevet est renouvelable tous les 18 mois par un contrôle d'aptitude opérationnel (C.A.O).

Formation du maître-chien

  • initiation en secours humain,
  • initiation en secours canin,
  • anatomie et psychologie canine,
  • initiation au sauvetage déblaiement,
  • initiation au GRIMP,
  • engagement opérationnel,
  • topographie,
  • transmissions.

Formation du chien

  • recherche en questage,
  • recherche en décombres,
  • recherche par la méthode du pistage opérationnel,
  • franchissement,
  • cheminement,
  • grattage,
  • obéissance.

Evaluation

Chaque maître-chien devra passer différentes épreuves :

  • test d’initiation (T.I),
  • formation de maintien des acquis (F.M.A),
  • test d'aptitude opérationnel (T.A.O),
  • contrôles d'aptitudes opérationnels (C.A.O) 1 à 3 contrôles par an.
  • ...

ainsi que des formations de perfectionnement :

  • au bataillon des marins pompiers de Marseille (BMPM) à Marseille (F)
  • à l’unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile n°7 (UIISC/7) à Brignoles (F),
  • à l’Institut Nationale de Formation de la Protection Civile à Schimpach (I.N.F.P.C),
  • ainsi qu'à des exercices opérationnels au Luxembourg et à l’étranger,
  • ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A côté des interventions, le Groupe Canin, est l'unité consacrant le plus d'heures à la formation et aux entraînements.  

Par semaine 6 à 8 heures d'entraînement sont à l'ordre du jour des membres du Groupe Canin. Au cours de l'année, ils assistent à 4 week-ends de formation à l'Ecole Nationale de la Protection Civile à Schimpach ainsi qu'à 6 à 8 week-ends de formation opérationnelle sur le terrain. D'autan plus, différentes formations, auprès des unités étrangères, telles que les Equipes Cynophiles de Recherche et de Sauvetage françaises, l'Unité de la Sécurité Civile de Brignole (France) et le THW Obermosel, sont à accomplir.

La formation du Groupe Canin peut être divisée en différents niveaux. D'abord la formation de base, durée d'une année, portant sur:

  • l'initiation aux premiers secours,
  • le secourisme canin,
  • le sauvetage de déblaiement,
  • la grimpe,
  • les nœuds,
  • l'engagement opérationnel,
  • la transmission,
  • la topographie,
  • l'anatomie et la psychologie canine.

Cette formation exige un travail collectif et individuel régulier. Pour devenir opérationnel, une année de formation supplémentaire est à compter.

Comme notre Groupe Canin est une des rares équipes qui exercent non seulement la recherche mais également le sauvetage et le déblaiement des victimes, les maîtres-chiens ont une facilité à s'intégrer aux autres équipes de sauvetage, une fois le travail de recherche terminé.

La formation opérationnelle, théorie et pratique, est enseignée à l'Ecole Nationale de la Protection Civile et sur des plateaux techniques de recherche.

Toutes les équipes doivent passer un examen de décombres et de quête, renouvelable chaque année, se déroulant en trois phases:

  • test de présélection et exercices opérationnels (avant sélection, pour être admis à l'examen théorique et pratique, sur avis favorable du chef de groupe ou de l'instructeur canin);
  • examen théorique, oral et écrit;
  • examen final.

Pour réussir cette épreuve, le maître et son chien devront retrouver toutes les victimes leur assignées dans le temps de recherche leur donné.

A l'issu de la réussite de la préformation, le maître-chien stagiaire obtient un livret de travail individuel. Ce livret doit être tenu à jour et doit mentionner la date, le lieu, la formation, les manœuvres et les entraînements. En fait, ce livret assure le suivi de la formation.

Des remarques et appréciations peuvent être notées par le chef de groupe ou l'instructeur canin et seront validés par leur signature.

Non seulement le maître chien est sujet à une formation, mais également son compagnon.

Les trois piliers fondamentaux du dressage d'un chien sont:

  • l'obéissance,
  • le cheminement,
  • le détachement.

Pour les chiens de recherche, la formation peut être divisée en trois volets:

  • La motivation à vue, consistant à apprendre au chien de retrouver une victime pour obtenir une récompense. La victime excite le chien avec sa récompense et se cache, sous les yeux de ce dernier. Une fois lâché, le chien doit se rendre le plus vite vers la cache de la victime et se manifester par aboiement et / ou grattement.
  • La motivation hors vue, consiste à apprendre au chien de se servir de son flair pour localiser une victime. Celle-ci excite le chien, puis se cache hors vue du chien. L'animal lâché doit trouver, localise et se manifester.
  • La recherche à l'insu, consiste dans le fait que le chien recherche la victime, sans excitation au préalable. Au fur et à mesure des connaissances acquises, les difficultés augmentent, c'est-à-dire que la victime sera placée en hauteur ou en profondeur, présence de plusieurs victimes, victimes dans des caches inaccessibles au chien, brouillage des pistes par différentes odeurs, cheminement délicat, fumée, bruits, recherche de nuit, etc.
Dernière mise à jour